15fév/170

Inventory of FTTH/B in Europe

MONTAGNE_Roland

Roland MONTAGNE,
Head of Practice
contact

Nearly all players, even if less involved in FTTH/B than in other architectures, see FTTH as the end game

 

The first nine months of 2016 confirmed the previous year’s trend: fibre rollouts have continued apace and prove that Europe has entered the “Fibre age”! There were close to 44.3 million FTTH/B subscribers and more than 148 million FTTH/B homes passed in the 39 main European countries as of September 2016. These figures represent respective growth rates of 23% and 17% in 9 months.

Apart from Russia which represents the largest share of FTTH/B subscribers (39%), Europe’s other major markets are Spain, France and Romania, followed by Sweden, Ukraine and Turkey. Of course, the demographics of these countries and the maturity of the national FTTH/B market will have an impact on rankings in the coming years.

Thanks to the tremendous increase in coverage in 2014, Spain was once again the most dynamic market during the first 9 months of 2016, reporting 72% growth in subscriber numbers. France too was among the top markets in terms of new subscribers last year, with a growth reaching 23% – compared to an average growth rate in Europe of 19%.

The country rankings in terms of coverage are not the same, however. The average coverage rate in the EU-28 stands at 23%[1]. Countries with the highest coverage rates are those located in Scandinavia (Sweden and Norway with 80%), Eastern Europe (Russia 96%; Bulgaria 91%) and Southern Europe (Spain and Portugal with 98%).

In terms of players involved in FTTH/B rollout projects, alternative carriers and MSOs still lead the way, representing 53% of all homes passed in the 39 main European countries as of September 2016. Their share of the total has, however, decreased since December 2011 when they represented 71% of all homes passed in the region.

The number of local authorities launching FTTH/B rollout projects in their area also decreased during the period, even if more and more are getting involved. This confirms that although their involvement is vital to ensuring exhaustive coverage, their rollouts will be confined to only the areas for which they are responsible. Their approach and strategy are of course different from private players’…

Naturally incumbent carriers are important actors in all European countries. They represent 43% of homes passed in the 39 main European countries as of September 2016, compared to 21% at the end of 2011! In previous years, we noted the growing involvement of incumbents, and today they are involved in at least small FTTH/B projects in every country in Europe. Even if some are still focused on other FTTx architectures, all consider FTTH to be the end game.

schema_inventoryFTTHB_1

schema_inventoryFTTHB_2


[1] Ratio of homes passed to total households.

To delve deeper into FTTH/B markets, check out our latest market report

To keep up with the latest news from the digital economy, don’t forget to sign up for our newsletter.

Remplis sous: FTTx Aucun commentaire
15nov/160

Ultra-Fast Broadband Public Policies Does any one country provide a model of reference?

attali_moreno

Pierre-Michel Attali & Nicolas Moreno, IDATE DigiWorld
Contact

Europe 2020, the key document in Europe’s growth strategy for the coming years, published by the EuropeanCommission in May 2010, unveiled the objectives of the Digital Agenda for Europe (DAE).

 

One of the main questions concerns the efficiency of the different national plans (technological approach, funding, regulation…) which have been designed to achieve the objectives of the DAE.

National programme objectives in sync with the Digital Agenda for Europe

With the exception of France, whose coverage objectives are two years behind Europe’s, and Sweden which does not have specific time-related targets, many national plans are in line with DAE coverage objectives. Most European countries have also set additional targets, in most cases to achieve more ambitious UFB objectives, either in terms of connection speeds (France, Italy) or time frame (Germany, Sweden).

Currently disparate landscape

The disparate coverage levels in European countries cannot be attributed to any single factor, but rather to a combination of demographics, technological choices and the strength of private investment. Each European country has established a public policy (objectives, technologies) based on its own situation and features. These national plans are vital but in themselves not enough to achieve complete superfast coverage, or nationwide ultrafast 100 Mbps coverage down the road.

european_superfast_ultrafast_rankings_pma_nm_futurenetworksforum

 

DELVE DEEPER WITH THE FOLLOWING IDATE DIGIWORLD MARKET REPORTS

World FTTx market: Markets at December 2015 & Forecasts to 2020,July 2016
Digital Agenda Europe, Europe (EU-28) at the end of 2015, July 2016
Public policies for UFB, Benchmarking 7 countries in relation to the Digital Agenda for Europe, June 2016
Telco investment challenges, CapEX dynamics, Dec. 2015

 Subscribe to our newsletter and keep up to date with events and latest news.

17oct/161

Les revenus mondiaux des services télécoms vont passer de 1 174 milliards EUR en 2015 à 1 293 milliards EUR en 2020.

Didier_Pouillot_N&B

Didier Pouillot
Directeur de la Business Unit Stratégie des Télécoms, IDATE DigiWorld Contacter

Avec comme principal moteur de croissance les revenus des services mobiles, qui progresseront de 14% entre 2015 et 2020 (+2.8% par an en moyenne), pour atteindre 814 milliards EUR en 2020.

 

Avec une pénétration mondiale supérieure à 100% en 2014, la croissance du nombre de clients devrait ralentir progressivement dans les prochaines années. Le nombre d’accès à l’Internet fixe croît également à peu près au même rythme, mais le parc est 8 fois inférieur au parc mobile. Le milliard d’accès ne sera pas atteint avant 2020. Quant aux lignes fixes traditionnelles, elle cèdent de plus en plus de terrain face à la VoIP et au mobile.

 ventilation_ca_services_telecoms_segment_2015_idatedigiworld

La progression du haut débit

Le nombre d’abonnés au haut débit fixe devrait dépasser le milliard à fin 2019 au niveau mondial. Le nombre d’abonnés mobiles LTE devrait connaître une très forte progression, les services basés sur l’agrégation de porteuses ne restant pas limités au pays les plus avancés.
Trois facteurs majeurs joueront en faveur de cette progression du haut débit :

Le succès des offres bundlées (accès Internet, téléphonie fixe, TV, téléphonie mobile) et l’appétence pour les applications vidéo.

L'investissement des opérateurs télécoms pour la migration de leurs infrastructures vers le haut débit mobile ou fixe.

Le confort procuré par le très haut débit mobile et les nouveaux usages qu’il permet.

Les revenus des services télécoms

Les revenus mondiaux des services télécoms vont passer de 1 174 milliards EUR en 2015 à 1 293 milliards EUR en 2020, soit une progression annuelle moyenne de 2.0%.

• Les revenus des services mobiles progresseront de 14% entre 2015 et 2020 (+2.8% par an en moyenne), pour atteindre 814 milliards EUR en 2020.

Dans le fixe, les revenus associés à la transmission de données et à Internet progresseront plus fortement (+21% entre 2015 et 2020, soit +4.3% par an en moyenne), pour atteindre 344 milliards EUR en 2020.

• Les revenus de la téléphonie continuera de décliner sensiblement (-23% entre 2015 et 2020, soit un recul de 4.6% par an en moyenne), pour s’établir à 135 milliards EUR en 2020.

Des performances nuancées chez les opérateurs des pays émergents

Les grands opérateurs des pays émergents ont connu en 2014 un ralentissement brutal de leur croissance en valeur, à l’exception notable d’América Móvil. Les trois opérateurs chinois en particulier n’ont quasiment pas progressé (China Unicom a même enregistré un recul de 3% de son chiffre d’affaires). Les marges se rapprochent des « standards » du secteur (entre 30 et 40% de marge EBITDA).
Plusieurs de ces opérateurs sont largement engagés dans des stratégies d’expansion internationale, en Afrique, en Amérique latine mais aussi vers les marchés avancés,  avec à terme des ambitions sur l'Europe.

Les opérateurs européens retrouvent peu à peu le chemin de la croissance

Les opérateurs européens ont retrouvé le chemin de la croissance. Si la majorité des grands opérateurs enregistrent encore un recul de leur chiffre d’affaires, certains voient leurs revenus tirés vers le haut, notamment Deutsche Telekom, Telenor et, dans une moindre mesure, Orange, grâce à leurs opérations internationales. Les effets des investissements dans le réseau LTE et dans les réseaux THD fixe (FTTx) n’ont pas encore permis d’infléchir la baisse des ARPU.

 

Pour découvrir nos estimations et le marché des télécoms et nos prévisions à 2020, découvrez notre dernier rapport ou Contactez Didier Pouillot

 Pour suivre l’actualité de l’économie numérique, n’oubliez pas de vous inscrire à notre newsletter

28sept/160

DigiWorld Summit : The Digital Trust Economy

Logo-DWS2016_WEB400x150

Le débat sur le rôle essentiel de la confiance pour l’avenir de l’économie

 

La 38ème édition du DigiWorld Summit, organisée avec les entreprises Membres du DigiWorld Institut, se tiendra les 15-17 novembre 2016 sur le thème « The Internet of Trust ». L’occasion d’organiser un large débat international sur les questions de la confiance numérique (notamment sécurité et privacy) qui sont devenues l’une des préoccupations majeures de l’écosystème numérique.

Va-t-on atteindre le seuil de tolérance de la confiance numérique ?
Comment les acteurs historiques du numérique (équipements, telcos, IT) peuvent-ils en tirer parti ?
Les verticaux sont-ils menacés ou au contraire favorisés par la montée des questions liées à la confiance et à la sécurité ?
Un nouveau cadre réglementaire devra-t-il émerger pour encadrer, voire rassurer, les acteurs en présence et les consommateurs ?

> Parmi les 120 intervenants de cette édition :
•    Eva BERNEKE, CEO, KMD
•    Anne BOUVEROT, CEO, Morpho
•    Isabelle FALQUE-PIERROTIN, Présidente, CNIL
•    Pierre, CHAPPAZ, Co-founder & Executive Chairman, Teads
•    Didier LAMOUCHE, President & CEO, Oberthur
•    Joseph LUBIN, Founder & CEO, ConsenSys, Co-Founder Ethereum
•    Carlos LOPEZ BLANCO, Global Head, Public and Regulatory Affairs, Telefónica
•    Stéphane RICHARD, Chairman & CEO, Orange
•    Corrado SCIOLLA, President Europe, BT Global Services
•    Nicolas SEKKAKI, CEO France, IBM

La confiance est reconnue depuis longtemps comme un facteur important du succès d’une marque, d’une économie ou d’une société. Cela est encore plus vrai dans un monde transformé par l’innovation numérique. IDATE DigiWorld a montré, dans ses scénarios « Internet 2025 », que la confiance était une des variables clés dans l’écosystème numérique du futur. On peut aussi citer, au titre de la chronique de ces derniers mois :

•    les cyberattaques contre des telcos, des chaînes de télévision ou des services publics ;
•    les péripéties d’Apple ou Whatsapp avec les autorités pour avoir accès aux clés des terminaux ou du chiffrement des messages ;
•    les très longues négociations au sein de l’Union européenne pour s’entendre sur un nouveau règlement relatif à la protection des données personnelles ;
•    la remise en cause de l’accord transatlantique 'Safe Harbor' et le débat autour du 'Privacy Shield' ;
    les interrogations sur les risques associés à la voiture connectée/sans chauffeur et plus largement à la généralisation de l’IoT ;
•    le phénomène des ad-blocking ;
•    les questions sur les impacts sur la solidité du système bancaire des multiples offres de la FinTech ou de la capacité de la blockchain à se substituer aux tiers de confiance.

C’est donc un point de convergence pour les telcos, les acteurs du cloud, les géants de l’Internet, les start-ups, les gouvernements et les régulateurs, mais bien plus largement pour tous les secteurs de l’économie et les consommateurs/citoyens. Et comme toujours, la mesure du risque ne doit pas écarter l’analyse des opportunités, en termes d’innovations, de stratégies de différenciation ou d’avantages concurrentiels pour beaucoup d’acteurs.

Comme tous les ans, pour ce véritable rendez-vous qu’est devenue cette conférence internationale, les sessions plénières seront prolongées et complétées par de nombreux forums spécialisés. Le débat portera sur les principales tendances attendues dans les réseaux mobiles avec l’avènement de la 5G, le Ultra-Haut Débit, l’IoT, la transformation du marché de la télévision en Europe, la FinTech, les jeux vidéo, les promesses de l’Afrique numérique, les composantes de la Smart City.

Une plateforme internationale unique de débats et de rencontres

> DigiWorld Week
Une semaine pour décrypter les enjeux de notre nouveau monde numérique (12-20 nov. 2016)
> The DigiWorld Awards
Les récompenses des start-ups du numérique créées par des français à l’étranger

Les chiffres clés

La conférence pionnière des enjeux économique du numérique

Le DigiWorld Summit, un évènement organisé et animé par les experts de l’IDATE, avec le soutien des Membres du DigiWorld Institut, propose chaque année un débat international de très haut niveau sur les enjeux de l’économie numérique avec les meilleurs intervenants du domaine.

Participants : 1 200 participants pour le DigiWorld Summit et plus de 5 000 pour la DigiWorld Week
Intervenants : 120 intervenants du monde entier et près de 400 pour la DigiWorld Week
Partenaires et sponsors : Plus de 100 partenaires et sponsors (entreprises, pouvoirs publics, média…)
Réseaux : 15 000 tweets (trend topics) et 2 000 connections pour le live

Pour plus d'information, rendez-vous sur www.digiworldsummit.com,

et pour suivre l’actualité de l’économie numérique, inscrivez-vous à notre newsletter,

10mar/160

A strong potential for FTTH/B development in LATAM…

CHAILLOU_Valerie84x126

Valérie Chaillou
Director of Studies, Strategy Business Unit, IDATE

but facing important heterogeneity from one country to another in terms of demographics, economics and players’ involvement.

 

The FTTH/B market remains at an early stage in the LATAM region: at end 2015, there were 3.65 million subscribers and 20.1 million Homes Passed in the 16 countries analysed in the panorama. Most countries are still focusing on the expansion and availability of traditional Broadband throughout their whole territory. The region is also facing economic difficulties: the disparity is not only between countries, but also inside countries, which can explain why Superfast Broadband is not a priority yet.

One of the main characteristics of the region is its heterogeneity: the involvement of national authorities differs a lot from one country to another as they include or not the telecommunications infrastructures in their overall development strategy. On the regulatory side, there are no specific rules devoted to the enhancement of superfast Broadband in general and FTTH/B in particular.

At end 2015, the largest FTTH/B market in LATAM is Mexico, which now slightly overpasses Brazil with 1.29 million subs (vs 1.25 million subs in Brazil). Both countries represent more than 69% of the regional number of subscribers, which is representative of the demographics. Another country showed a very interesting growth, Colombia, which now counts more than 1.3 million Homes Passed and 150,000 subscribers.

On the largest markets, competition seems to have had a positive impact and really enhanced FTTH players to enlarge and/or accelerate their rollouts. This is for instance the case in Brazil, Argentina, Mexico, and Chile. The kind of players involved in FTTH can also be quite different when comparing the countries. In some cases (Argentina, Mexico, Chile, Uruguay…), the incumbents play a key role and are really active in this new market. But in most cases, the first rollouts have been initiated by small private players, focused on limited areas, at least in the short/medium term. As an example, the Mexican market grew significantly during 2015, with +46% subscribers: the competition between two leading players, Telmex on one side and TotalPlay on the other side, seems to positively drive the market. On its side, the Brazilian market grew a little bit less (+ 32% subs) and is also driven by the strong involvement of national players, but also of small players rolling out in very located areas.

Since 2013, we have seen the emergence of pan-regional players, in particular when coming to the Caribbean islands. Cable & Wireless Communications, through its brand name LIME, is a leading player in Barbados and Jamaica, where it is involved in FTTH rollouts. Another player was cable operator Columbus Communications, which operated under the brand name Flow in Barbados and Jamaica but also in Grenada ad Trinidad & Tobago. At beginning 2015, Cable & Wireless acquired Columbus Communications and decided to provide its Superfast Broadband services under the Flow brand in most markets. Even if Docsis 3.0 is the main infrastructure, the cableco also rolled out some FTTH networks in small areas.

In larger countries, we can of course mention Telefonica Group, which applies a strategy dedicated to each market where it is present. Then, America Movil is another important LATAM player through its brand Claro. America Movil is also deploying both FTTLA+Docsis 3.0 and FTTH networks, depending on the concerned country.

The involvement of such kind of pan-regional players could represent a great opportunity for the enhancement of FTTH/B in the region as, even if not obvious for the moment, they could decide to adopt a common strategy on the different market, one supporting another…

Generally speaking, the LATAM region has a strong potential for FTTH, because of its demography and the dynamism of its real estate market. But it also encounters difficulties due to the fact that the international interconnectivity is not always efficient. For instance, in Bolivia, the international interconnectivity is undersized, which has an impact on the real capacities that ISPs are able to provide to their customers.

However, we have seen very positive signs for FTTH since 2013: the growths in terms of both coverage (Homes Passed) and take up rate (subscribers) are impressive (respectively +46 and +57% in 2014, then +27% and +39% in 2015).The FTTH offering seems to have encountered a great success towards end users. Most players provide Triple Play services that include TV services. And several players have launched 1 Gbps solutions few months ago now.

Number of FTTH/B Homes Passed in LATAM countries

schema_FTTH-B

Source: IDATE, on behalf of the FTTH Council LATAM Chapter

When comparing the LATAM region with other ore mature ones in the world, it is obvious that the potential is very high because the market is at its very early stage. But it is also noteworthy to mention that, in terms of penetration rates (number of subscribers on total numbers of households in a country), 9 LATAM countries have entered the global ranking as of September 2015, with rates from 1.76% (Brazil) to more than 47% (Uruguay, where the penetration rate is even higher than in the leading European countries in the ranking!).

IDATE publishes a half-yearly updated FTTx observatory, gathering qualitative and quantitative data of 70 countries and +150 players – see details online

Subscribe to our newsletter and keep up to date with events and latest news.

17fév/160

Europe has entered in the “Fibre age”!

CHAILLOU_Valerie84x126

Valerie Chaillou
Senior Consultant, IDATE DigiWorld

After a very dynamic year of growth at +19%, the trend seems to be confirmed…

 

 

The 9 first months of 2015 confirmed the trend of the previous year: the increase is there and confirms that Europe has entered in the “Fibre age”! There were no noticeable events towards FTTH/B since January 2015 but the growth now seems to be structural. We counted more than 35.9 million FTTH/B subscribers and nearly 127 million FTTH/B Homes Passed in EU39 at September 2015. Those figures represent respective growths of 19% and 17% in 9 months.

A part from Russia which represents the largest part of FTTH/B subscribers (42% of total number of subscribers), the other largest markets are Spain, France, Romania, (7% of the total number of subscribers each) then Turkey, Sweden and Ukraine. Of course, the demographic characteristics of those countries and the national maturity of the FTTH/B market will have an impact on this kind of ranking in the coming years.

Thanks to the tremendous increase in coverage during 2014, Spain is identified as the most dynamic market during the first 9 months of 2015, with 65% growth in the number of subscribers. France is also once again among the main markets in terms of new subscribers, with a growth reaching 31%, to compare to an average growth rate of 19%. Interesting to note that Luxembourg shows a growth rate of 27%, which is also very significant compared to the average one. However, we have to note that, even if the increase is high in a country, this does not always mean that the market is huge (cf in the UK where the growth rate reaches 60% in 9 months but the number of subscribers is still lower than 100,000).

In terms of coverage, the countries with the highest growths are different. The average growth rate is 17% and few leading markets show a higher growth: +26% in Russia, + 18% in Spain…but “only” +9% in France… The coverage increased much more in smaller countries such as Slovakia (+51%), Norway (+39%), Ireland (+46%) and Switzerland (+61%). We can also mention countries such as Poland (+59% growth in number of HP) and Luxembourg, showing a growth rate in coverage of 27%, 10 points higher than the average!

In terms of players involved in FTTH/B projects, alternative carriers are still leading the way, representing a 51% of the total homes passed in EU39 at September 2015. Their representativeness has decreased significantly compared to December 2011 where they covered 71% of the total number of Homes Passed in the region.

The number of local authorities launching FTTH/B rollout projects on their territory has also decreased during the period, even if there are more and more numerous to get involved. This really confirms that the involvement of those players is very important to ensure exhaustive coverage but that they will only deploy in very limited areas, corresponding to their territory. Their approach and strategy is of course different from private players’ strategy…

Then, of course, incumbents are important players in all European countries. They represent 45% of HP in EU39 at September 2015, compared to 21% at end 2011! During the previous years, we have noted the growing involvement of incumbents and now, in all countries, incumbents are involved in at least small FTTH/B projects. Of course, some are still focusing on other FTTx architectures but all consider that FTTH has to be part of their catalogue, in one way or another.

Regarding the technology and the architecture deployed, we have not noted any changes during the 9 first months of 2015: Ethernet is still players’ first choice across the EU39, representing 66% of all FTTH/B rollouts and most deployments concerned FTTH which represents 41% of homes passed at September 2015.

Number of FTTH/B subscribers per country in Europe (countries with more than 200 K subscribers)

schema_fibre_age

Source: IDATE DigiWorld for FTTH Council Europe

Number of FTTH/B homes passed per country in Europe (countries with more than a million homes passed)

schema_fibre_age2

Source: IDATE DigiWorld  for FTTH Council Europe

IDATE publishes a half-yearly updated FTTx observatory, gathering qualitative and quantitative data of 70 countries and +150 players – see details online

Subscribe to our newsletter and keep up to date with events and latest news.

 

 

 

Remplis sous: FTTx, Telecom Aucun commentaire
11fév/161

World FTTx Markets: Superfast-Broadband on the way to mainstream

CHAILLOU_Valerie60x100

Valérie Chaillou
Senior Consultant, IDATE DigiWorld

Within the latest edition of its half-yearly updated observatory for superfast-broadband access, IDATE – world leading FTTx intelligence provider – announces the impressive milestone of 300 million subscriptions at mid-June 2015, for world consolidated. Furthermore, superfast technologies(1) represented nearly 38% of broadband access subscriptions at mid-2015, 8 points more than one year before.

 

FTTH/B is still the leading superfast broadband solution, far ahead of FTTx/D3.0, followed by VDSL

•    FTTH/B represented 61% of FTTx subscriptions at mid-2015. Growth of FTTH/B subscriptions will continue until 2019, but at a lower pace than during 2014, year of real success in China.
•    FTTx/D3.0 represented at June 2015, 27% of FTTx subscriptions. After two years of significant growth, proportion of FTTx/D3.0 on Superfast Broadband is stable
•    VDSL, for its part, lagged behind, representing 12% of subscriptions at mid-2015 compared to 13% in June 2014
breakdown_of_superfast_broadband_technologies_subscriptions_2015

The regional breakdown is very heterogeneous

•    No huge changes in the geographical predominance of APAC on the FTTH/B market.
•    FTTH/B is also the main deployed technology in MENA. It was the case also in LATAM, but now it is meeting stronger competition from VDSL technologies in the region (Brazilian market).
•    FTTx/D3.0 is still dominant in North America and is generally growing more rapidly than other technologies.
•    There is considerable space for VDSL in Europe where incumbents still wish to optimise their copper networks.

(1) For the definition of superfast platforms we consider three main architectures: FTTH/B, VDSL and FTTx/D3.0 deployed by cable operators


geographic_breakdown_main_superfast_broadband_architecture_leading_countries_subscriptions_2015

Key_findings_by_architecture_v2

The growth rate of FTTH/B subscriptions should continue to increase at an annual average rate of 10% until 2019

•    The growth in the total number of FTTH/B subscribers will gradually decrease from 37% in 2014 to 6% in 2019: this is linked to the progressive maturity of the markets.
•    By 2019, the share of FTTH/B subscriptions will represent 32% of total broadband market worldwide (to be compared to 22% at end 2014).
•    FTTH/B is now deployed in all major regions in the world, at different levels: FTTH/B represents a great opportunity for countries where broadband is not widespread (Latin America, Africa and some countries in Asia-Pacific).

growth_fixed_broadband_subscriptions_FTTH_2014-2019

The take-up rate of FTTH/B worldwide will grow gradually from 32% at end-2015 to 34% by end-2019

Whilst regional disparities will persist, the ranking of leading regions will change:
•    Eastern Europe will see its take-up rate grow from 30% to 41% from end-2015 to end-2019, much higher than in Western Europe, from 26% to 40% during the same period.
•    In North America, the take-up rate will rise from 41% to 46% at end 2019.
•    In Asia-Pacific, the take-up rate will grow thanks to the dynamism of China and new markets such as Indonesia, Kazakhstan and Vietnam.
•    In Latin America, the adoption rate will be steady as FTTH/B is at is early stage and players will focus more on expanding coverage.

IDATE publishes a half-yearly updated FTTx observatory, gathering qualitative and quantitative data of 70 countries and +150 players – see details online

www.idate.org      www.digiworldsummit.com      www.digiworldweek.com

Remplis sous: FTTx, Telecom 1 commentaire
25jan/160

FTTH vs LTE : Une relation “je t’aime moi non plus” – Lequel prendra l’avantage sur le long terme ?

MANERO-Carole

Carole Manero
Director of Studies, IDATE DigiWorld

Dans les économies développées, l’’évolution du marché haut débit est en phase de transition vers le très haut débit et la convergence fixe-mobile. Les Telcos doivent réagir, spécialement sous la contrainte d’un processus de consolidation continu des industries de la communication. En 2015, les fusions & acquisitions ont déjà perturbées profondément les structures du marché. .

Dans le fixe comme dans le mobile, l'heure est au redéploiement du marché vers le haut et surtout le très haut débit (>30 Mbps), à travers les NGA. Mais cela se fait dans des conditions et à des rythmes qui se distinguent.

Dans le mobile, le LTE connaît un déploiement rapide et des taux d'abonnement très élevés dans les pays occidentaux. On peut considérer que 80% des habitants seront dans des zones couvertes par les réseaux LTE en début d'année 2016 pour le Japon et la Corée du Sud, l'Amérique du Nord, les grands marchés européens (plutôt de l'ordre de 60% seulement en Chine). Au-delà d'une couverture atteignant rapidement 90% et plus de la population dans les marchés avancés, le LTE va se caractériser par des étapes ouvrant l'accès à des débits plus élevés (>30 Mbps, à travers notamment l'agrégation de fréquences, la densification des stations dans les zones urbaines et l'utilisation de small cells associées à des canalisations larges dans les bandes hautes). À partir de 2020, ces développements vont s'intégrer dans les lancements de la 5G, qui a vocation à intégrer des débits de l'ordre du Gigabit.

A comparison of fixed and mobile coverage in some of Europe’s largest markets (30 Mbps in LTE and FTTH/B), 2012-2020

Schema_FTTHvsLTE

Source: IDATE, LTE vs. fibre, December 2015

Pour les accès filaires fixes, la progression des taux de couverture est globalement plus lente. Elle est aussi plus complexe puisqu'elle résulte d'un mix de technologies spécifiques aux différents marchés nationaux, schématiquement :

­- la technologie VDSL, qui utilise au moins partiellement la boucle locale du réseau cuivre du téléphone, permet d'accéder à des débits >30 Mbps, voire plus de 50 Mbps (notamment à travers des développements de type vectoring ou bonding) ;

­- les technologies DOCSIS, propres aux câblo-opérateurs, qui réutilisent la partie finale du câble coaxial des réseaux de télédistribution. La très grosse majorité d'entre eux commercialisent des accès à plus de 100 Mbps tandis que des offres Gigabits devraient prochainement apparaître ;

- la technologie FTTH, qui nécessite des investissements et des délais importants pour déployer la fibre jusque chez l'abonné ; les débits offerts sont de 100 Mbps et vont s'étendre progressivement vers les Gigabits.

Dans les marchés avancés, les déploiements NGA fixes et mobiles vont aller de pair, même si les premières observations et les prévisions donnent un avantage en termes de rapidité de couverture au haut débit mobile. Ce contexte donne lieu à des stratégies de convergence fixe-mobile, clairement illustrées en Europe par de nombreuses opérations de fusions et acquisitions.

Le mouvement de convergence s'explique plus précisément par les avantages qui sont associés :

­  a) aux bundles et synergies de cross-selling (sur les fichiers clients, les boutiques, les applications et les contenus vidéo) ;

­  b) aux logiques d'intégration des infrastructures fixes et mobiles (au titre du partage du backboning, au travers du Wifi qui constitue dès aujourd'hui un lien effectif entre le fixe et le mobile, mais aussi de plus en plus au titre des économies de backhauling dans un contexte marqué par la généralisation des small cells dans les zones denses, et enfin avec un partage des infrastructures logicielles SDN/NFV). À terme les services mobiles deviendront une part significative des revenus des réseaux fixes, tandis que ces derniers supporteront des accès de proximité en mode radio.

Les pays les plus avancés dans la convergence fixe-mobile sont l'Espagne et la France (plus de 40% des abonnés ont opté pour un même opérateur pour les services fixes et mobiles). Mais c'est plus généralement que la concurrence en Europe se structure progressivement autour d'opérateurs fixes-mobiles, à travers notamment de nombreuses opérations de fusions et acquisitions.

Les États-Unis sont en retrait pour des raisons qui ont trait à la fragmentation des opérateurs fixes, câblo-opérateurs et opérateurs télécoms, qui ont des présences régionales ou locales. Toutefois, les câblo-opérateurs investissent dans le Wifi et manifestent un intérêt pour les services mobiles (Comcast) tandis qu'AT&T, en prenant le contrôle de DirecTV, intègre à sa façon des services mobiles et fixes au plan national.

Dans la mesure où une part résiduelle du territoire des pays avancés restera probablement à l'horizon 2020 non-desservie par les technologies FTTH/B des opérateurs, les accès sans-fil et principalement le LTE devraient alors être commercialisés comme un accès de substitution (en complément des offres satellite et parfois à travers des routeurs hybrides LTE/DSL). Cette configuration est aujourd'hui testée par plusieurs opérateurs, aux États-Unis ou en Europe. Elle se combinera avec le maintien dans les zones urbaines d'une population de clients purement mobiles, y compris pour l'accès à Internet. La disponibilité de ressources en fréquences supplémentaires (bande 700 MHz notamment), souvent associée à des obligations de couverture des zones peu denses, devrait également faciliter cette approche.

Dans les économies émergentes et singulièrement en Afrique, l'accès à l'Internet, encore souvent réservé à une fraction minoritaire de la population, va se faire principalement par l'extension de la 3G et le déploiement du LTE. Toutefois, les besoins des entreprises et la démographie des villes vont générer progressivement des investissements dans des réseaux filaires en fibre et amorcer un mouvement de convergence fixe-mobile.

Plus d’information sur la convergence Fixe-Mobile et des données et analyses sur LTE et FTTx dans notre rapport dédié

 

Remplis sous: FTTx, LTE Aucun commentaire
8oct/150

Déploiement du Très Haut Débit par les collectivités territoriales

ATTALI_Pierre_Michel_NB

Pierre-Michel ATTALI
Directeur de la Business unit Territoires Numériques, IDATE

La Métropole de Lyon renforce l’attractivité de son territoire en investissant dans la desserte généralisée en fibre optique des entreprises, des sites publics et para-publics.


La décision de la Métropole de Lyon illustre l’implication des collectivités territoriales sur l’accélération des déploiements fibre sur les territoires. En effet, au travers de ce projet portant sur la mise en œuvre d’un réseau d’initiative publique (RIP), c’est l’attractivité et la compétitivité du territoire métropolitain qui seront renforcées.

La Métropole de Lyon (Grand Lyon), en attribuant à la société Covage, lors de son Conseil communautaire du 21 septembre 2015, sa délégation de service public très haut débit, entend accélérer la couverture fibre de son territoire. L’IDATE, qui a été l’assistant à maîtrise d’ouvrage de la Métropole de Lyon pendant toute la durée de la procédure, a participé à ce projet ambitieux qui permettra de desservir en fibre optique près de 100 zones d’activités, plus de 400 immeubles d’entreprises, plus de 1100 sites publics et para-publics.

Sur la Métropole de Lyon, la dynamisation des offres à très haut débit à destination des professionnels, des entreprises et des acteurs publics est attendue pour permettre notamment des raccordements sur fibre optique plus aisés et rapides, pour des coûts réduits.

> Délibération du conseil du grand Lyon

L’Observatoire des RIP réalisé par l’IDATE au premier trimestre 2015 pour le compte de la CDC et de la Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique (FIRIP) a mis en évidence que la présence des RIP sur les territoires permettait en particulier :

Un foisonnement de l’offre des opérateurs, avec pour plus de la moitié des RIP la présence de plus de 10 opérateurs proposant leurs services pour les entreprises, les acteurs publics et le grand public.

Présence des opérateurs sur les RIP

schema_GrandLyon

Source : Observatoire 2015 des RIP réalisé par l’IDATE pour la FIRIP et la CDC

 

Des économies substantielles sur les coûts télécoms supportés par le grand public, les entreprises et les acteurs publics : dans le secteur professionnel, c’est ainsi près de 60 M€ au niveau national qui sont économisés par les entreprises et les acteurs publics clients des offres à très haut débit fournies par les opérateurs présents sur les RIP.

Gains annuels sur les coûts télécoms pour le grand public, les entreprises et les sites publics grâce à la présence des RIP

Schema2_GrandLyon

Source : Observatoire 2015 des RIP réalisé par l’IDATE pour la FIRIP et la CDC et données Avicca


L'IDATE, renforce une expertise déjà bien reconnue auprès des collectivités et des Pouvoirs publics locaux et nationaux

Les consultants de la business unit Territoires Numériques de l’IDATE interviennent sur l’ensemble des problématiques numériques en offrant une palette de prestations répondant aux attentes de ses clients, dans les domaines des réseaux à très haut débit, des observatoires et de l'évaluation, du développement économique, et des schémas directeurs d'aménagement numérique.

Dans le domaine de l'aménagement numérique des territoires, l'IDATE a notamment réalisé les SDTAN de la Région Alsace, des Conseils Généraux du Gers, de la Lozère, du Val-de-Marne, du Val-d'Oise, de l'Essonne, de la Loire, du Territoire de Belfort et du Syndicat mixte de l'Aire Urbaine Belfort-Montbéliard.

L'IDATE est également conseil dans la stratégie Très haut débit (THD) et assistant à maîtrise d'ouvrage de la Région Alsace, de Rennes Métropole, ou encore de l'Etablissement public Debitex qui porte un projet de 80 000 prises FTTH sur 27 communes de la Seine-Saint-Denis et du Val-d'Oise.

 

 Plus d'informations sur les expertises et les évènement de Digiworld IDATE :
www.idate.org      www.digiworldsummit.com      www.digiworldweek.com


 

30sept/150

Digital First

DWS2015

Les acteurs de l’IT face aux nouveaux disrupteurs

 

L’IDATE présente le programme du DigiWorld Summit, qui réunira, pour sa 37ème édition, un panel international de 140 intervenants de très haut niveau venant partager leur vision avec plus de 1 200 participants de plus de 25 nationalités différentes. La French Tech sera également à l’honneur à l’occasion de la 2ème édition de la DigiWorld Week et la 1ère remise des DigiWorld Awards.

Le thème Digital-First, retenu pour cette édition avec les Membres du DigiWorld Institute, s’inscrit pour François Barrault, Président de l’IDATE, « dans la formidable montée en puissance du Digital dans le monde des entreprises et de la transformation des usages pour les consommateurs. Cette accélération fulgurante est en train de bouleverser les ordres établis et de remettre en cause l’économie traditionnelle au profit des nouveaux business models de l’économie digitale ».

Yves Gassot, Directeur général, qui a supervisé l’ensemble du programme en s’appuyant sur les compétences des consultants de l’IDATE, souligne que « cette année encore, nos participants, en venant à Montpellier, auront la possibilité à travers nos sessions plénières et nos nombreux forums, d’avoir un état des lieux pertinent de tous les grands sujets de l’actualité numérique, avec un large et prestigieux panel d’intervenants européens, américains et chinois venant débattre des multiples questions posées par la révolution numérique » :

Quelles sont les promesses d’un nouvel âge de partage du savoir ? avec Jimmy WALES, Founder, Wikipedia
Comment l’Internet bouscule l’industrie du tourisme ? avec Peter VERHOEVEN, Managing Director EMEA, Booking.com et Alex SCHLEIFER, Head of Design, Airbnb
Quelle est la réponse des acteurs historiques du jeu à l’invasion des jeux vidéo ? avec  Dan JUDKINS, Head of Global Design and Development, Hasbro Inc.
Comment les géants du Net s’adaptent à la nouvelle donne ? avec Carlo d’ASARO BIONDO, President EMEA strategic relationships, Google
Les habits neufs d’un opérateur télécom en phase d’internationalisation avec Michel COMBES, COO d’Altice
La grande transformation des telcos ? avec Santiago Fernández VALBUENA, Group CSO de Telefónica
Quels services autour des produits connectés ? avec Bruno BARLET, Executive VP France, LEGRAND, Vincent CHAMPAIN, Operations Director, General Electric et Xavier BOIDEVEZI, VP Development & Digital, SEB
Jusqu’où les telcos peuvent accompagner leurs clients verticaux dans leur mutation digitale ? avec Thierry BONHOMME, Senior Executive Vice President d’Orange Business Services
A-t-on vraiment besoin de nouveaux réseaux dédiés à l’Internet des objets ? avec Geoff MULLIGAN, Chairman, LoRa Alliance et Ludovic LE MOAN, CEO, Sigfox
Le prochain Netflix sera-t-il Chinois ? avec WEN Rui, Director of national Business Development, Youku Tudou
Le nouveau service Go90 de vidéo sur mobile sera-t-elle la nouvelle killer application ? avec Richard LUCQUET, Director, Business Development Technology Partnerships & Licensing, Verizon Oncue
Quelle ambition pour un équipementier télécom intégré leader : Vincent PENG, President Western Europe, Huawei
La réglementation doit-elle s’adapter à la loi des OTT ? avec Fatima BARROS, Chair 2015, BEREC,  Sébastien SORIANO, Chairman, ARCEP et Bruno LASSERRE, Président, Autorité de la concurrence
Doit-on compter sur le numérique pour créer un nouveau cycle de croissance ? avec Georg GRAETZ, Associate-Labour Markets, London Economics School et Jean-Hervé LORENZI, Président, Cercle des Economistes
et aussi : Accenture, BBC, Bouygues Telecom, Deutsche Telekom, Ericsson, France Télévisions, edX, IBM,
JC Decaux, NEST, Nokia, Qualcom Life, SEB, SNCF, Studio Bagel, Wilseed Studio…

Le programme 2015 du DigiWorld Summit s’enrichit pour témoigner de l’effervescence de l’innovation sous toutes ses formes. « C’est pourquoi nous organisons la seconde édition de la DigiWorld Week, conçue comme un espace collaboratif d’évènement partenaires. Et pour identifier et valoriser les talents français de l’étranger, nous avons imaginé les DigiWorld Awards, qui seront remis aux startups lauréates en présence d’Axelle Lemaire », déclare Jean-Dominique Séval, Directeur général adjoint de l’IDATE.

> Programme complet :http://digiworldsummit.com/

DigiWorld Week 14 – 22 Novembre 2015
Le DigiWorld Summit prend place au cœur de la DigiWorld Week, qui est l’occasion, au-delà des deux jours habituellement consacrés à la conférence internationale de l’IDATE, d’accueillir de nombreuses initiatives qui viennent enrichir le débat : conférences, workshops, hackathons, expositions, festivals, master classes, café numérique… et sur de nombreux thèmes : cloud, IoT, eSanté, effets spéciaux, arts numériques, smart agriculture, management, …

> Suivez le programme : www.digiworldweek.com

DigiWorld Awards 19 Novembre 2015
L’IDATE, en partenariat avec Business France et la French Tech, lance les premiers DigiWorld Awards, pour récompenser des startups du numérique (Equipements & Terminaux, Réseaux & Télécoms, Services & Application Internet, M2M & IoT…), créées par des français à l’étranger dans quatre catégories : Afrique & Moyen-Orient – Amériques – Asie – Europe. Les startups lauréates seront intégrées aux programmes innovations internationaux d’Accenture, de Capgemini, d’Ericsson et d’Orange.

> Tous les détails : http://www.digiworldsummit.com/awards

>Toute l'information à jour sur: www.digiworldsummit.com et www.digiworldweek.com

et sur Twitter: @DigiWorldIDATE
#DWS15