20May/140

Le DigiWorld Yearbook 2014 dresse le bilan de l’économie numérique

POUILLOT-Didier

Didier Pouillot
Head of the Telecom Strategy Business Unit

En 2013, les marchés du DigiWorld ont enregistré un léger rebond de croissance, avec une progression de 
3,2 %. Résumé tirés du tout nouveau livre DigiWorld Yearbook 2014.

« Cette modeste amélioration traduit, d’un côté, l’effervescence continue dans ces secteurs clés, de l’autre, le maintien d’un contexte économique tendu, plus particulièrement en Europe », résume Didier Pouillot, Responsable du DigiWorld Yearbook à l’IDATE.

Le premier phénomène entraîne le marché vers toujours plus de consommation, toujours plus de trafic ; les parcs se renouvellent (smartphones, tablettes, téléviseurs connectés) et les industriels s’efforcent de répondre à cet afflux de demandes.

Le second phénomène tempère le mouvement, en le ramenant aux contraintes du moment : les entreprises, mais aussi le grand public, restent prudents dans leurs dépenses. Les offreurs eux-mêmes surveillent leurs investissements, d’autant que, dans nombre de cas, le marché et le jeu de la concurrence restreignent leurs revenus et, plus significativement encore, leurs marges.

C’est cet équilibre entre deux tensions, inflationniste en volume, conservatrice en valeur, qui pose les défis pour l’industrie des TIC aujourd’hui. Aujourd’hui, la dynamique des marchés est clairement du côté des services internet, qui enregistrent des croissances de l’ordre de 20 % par an. À ce rythme (nous prévoyons un léger ralentissement à… 16 % pour les prochaines années), leur poids par rapport aux marchés cœurs du DigiWorld passerait de 5 % en 2012 à 10 % en 2017. Mais au-delà des transferts de valeur entre les deux blocs, les marchés se déforment aussi à l’intérieur de chacun d’eux, aussi bien sur un plan sectoriel que géographique.

•    Équipements : la croissance mondiale en 2013 varie selon les segments, entre +6,2 % pour les matériels de télécommunications et -5 % pour l’EGP. Entre les deux, le marché des équipements informatiques progresse de 
4,2 %.

•    Services télécoms et audiovisuel : les services télécoms restent en retrait, avec une croissance au ralenti depuis cinq ans et un niveau de +2,5 % en 2013. Les deux autres segments de services ont des performances très proches : +4,5 % pour l’informatique et les logiciels, +4,4 % pour les services audiovisuels.

•    Services internet : si l’on est de manière générale sur des niveaux de croissance à deux chiffres, on peut aussi distinguer plusieurs tendances. Les réseaux sociaux, les applications mobiles et la vidéo OTT sont aujourd’hui les activités les plus dynamiques (plus de 30 % de croissance chacun en 2013, plus de 40 % voire 50 % pour les réseaux sociaux en moyenne au cours des trois dernières années). Ensemble, ils représentent environ 20 % des marchés OTT. L’autre moteur de la croissance est le cloud, dont les revenus progressent encore de près de 30 % par an et représentent à eux seuls plus du quart des revenus OTT ; derrière, le search et l’e-commerce affichent des dynamiques proches de 20 %.
 

 

 

 

 

 

 

 

Comments (0) Trackbacks (0)

No comments yet.


Leave a comment


Trackbacks are disabled.