23fév/170

Mobile World Congress 2017 : De quoi va-t-on parler à Barcelone ?

Gassot-Yves

Yves Gassot,
Directeur général, IDATE DigiWorld
Contacter

Le Mobile World Congress de la GSMA s’est imposé comme le plus grand rendez-vous de l’année pour les acteurs de l’industrie mobile mais aussi comme un évènement significatif pour grand nombre des acteurs de l’Internet et de l’entertainment.

De quoi devrait-on parler à Barcelone pour cette édition 2017 ?
Sans doute, verra-t-on à l’issue de l’évènement se dégager 3 ou 4 principaux sujets. Nous faisons ici le pari qu’ils devraient être en lien avec les 5  sujets que nous avons ici a priori retenus :

La 5G bien sûr ! On verra certainement sur les stands des démonstrations basées sur des terminaux et des équipements beaucoup moins encombrants, donc miniaturisés et plus proches de ce qui sera déployé.  Tout n’est pas encore normalisé mais l’on pourra mesurer les progrès dans les technologies des antennes (MIMO et beamforming) qui vont permettre d’intensifier l’usage des fréquences, l’accès aux ondes millimétriques (dans les faits >6GHz) qui permettent de tabler sur des canaux beaucoup plus larges, dans la virtualisation et le slicing avec les architectures Cloud-RAN…

Mais la mise en situation de la 5G dans les stands et les annonces ou les communiqués sur les déploiements pilotes devraient illustrer  aussi deux visions assez contrastées des premiers usages. Outre-Atlantique, les deux leaders –AT&T et Verizon- jouent clairement la carte Video First ! Leurs annonces sont très centrées aujourd’hui sur des pilotes de 5G fixe. Schématiquement, ils observent que c’est la vidéo qui tire le trafic et peut valoriser les débits de la 5G tout autant que les données des abonnés (publicité programmatique), que la TV et la video sont en train de migrer vers le streaming, qu’ils ne sont pas  des opérateurs nationaux fixes et que la 5G peut être un substitut ou un complément aux accès  des cablos (qui sont en train d’entrer sur le mobile) et du FTTX. L’Asie est plutôt orientée également vers la vidéo avec peut-être en sus la dimension jeux video sensible à la faible latence et les perspectives associées à la réalité virtuelle. En Europe, le débat et les travaux portent beaucoup sur l’identification des besoins des différents « verticaux » tels que la voiture intégrée/autonome ; la 5 G étant alors moins définie par ses très hauts débits que par les paramètres de sécurité ou de latence.

On fait ainsi le lien avec l’IoT, en anticipant à Barcelone de nouvelles évaluations des atouts des normes 3GPP (NB-IoT, LTE-M, 5G) en termes de complémentarité et concurrence avec les standards LPWA (tels Sigfox ou Lora) fonctionnant dans les bandes sans licences.

Pour poursuivre sur les infrastructures, il sera difficile d’éviter le débat sur les investissements à mettre en œuvre pour déployer la 5G. Les Coréens du sud et les Japonais n’envisagent pas de ne pas faire la course en tête avec leurs rendez-vous olympiques. Verizon et AT&T vont partir très vite. Il leur faut de nouveau construire un avantage compétitif avec T-Mobile et Sprint. Les européens sont poussés par la Commission européenne. Il n’est pas sûr qu’ils n’affichent pas un petit retard vis-à-vis des Etats-Unis, du Japon et de la Corée et même de la Chine, à l’instar de ce que l’on a pu globalement observer pour la 4G (LTE). De fait, les prévisions de croissance du marché des équipements réseaux au niveau mondial sont assez mal orientées, particulièrement pour les réseaux mobiles car le marché des services comme celui des équipements fixe est devenu plus dynamique. Il faudra attendre 2019 et 2020 pour que l’on voie dans les CAPEX l’effet du nouveau cycle 5G. Dans ce contexte on discutera aussi de la situation des fournisseurs de réseaux. Que va-t-il se passer si Huawei conserve sa dynamique de croissance dans les 3 ans à venir tandis que le marché resterait stable en valeur ?

Et du côté des smartphones ? On sait que le marché s’est brutalement stabilisé en unités et plus encore en valeur. Les innovations deviennent moins évidentes. L’accent sera probablement mis comme à Las Vegas il y a quelques semaines sur les interfaces vocaux, les écrans souples, la réalité virtuelle…
Enfin, il est possible que l’actualité s’invite au MWC. On pense naturellement aux effets de l’administration Trump avec les rumeurs sur les opérations de M&A en cours d’examen (AT&T- TimeWarner) ou dont on reparle (Sprint- T-Mobile ), les projets prêtés à Verizon dans le câble ou à Comcast dans les mobiles, ou à ceux qui ciblent Netflix ( le CEO est un des invités vedettes de la GSMA à Barcelone), ou le remous autour de la Net Neutralité, de l’illimité et du zero rating.

Nos équipes seront présentes à Barcelone et vous donnent rendez-vous en mars dans leurs rapports et dans les DigiWorld Clubs de Bruxelles, Londres et Paris, pour faire le debrief !

Pour suivre l’actualité de l’économie numérique, n’oubliez pas de vous inscrire à notre newsletter.

Commentaires (0) Trackbacks (0)

Aucun commentaire pour l'instant


Laisser un commentaire


Trackbacks are disabled.